Les jeannettes

Les Jeannettes

Qui sont-elles ?

Il s’agit des filles entre 8 et 11 ans. Elles sont regroupées par sizaines au sein d’un groupe appelé la peuplade.

Que font-elles ?

Les Scouts et Guides de France mobilisent les enfants de 8 à 11 ans autour du jeu, d’expériences multiples dans un univers peuplé de personnages imaginaires. Chacun de ces personnages est un compagnon de jeu doté de qualités particulières que l’enfant développe à ses côtés.

A travers un thème qu’ils choisissent ensemble, les enfants vivent des grands jeux, des activités manuelles et de découverte, des veillées, des camps…
En jouant, ils apprennent à vivre ensemble, à tenir parole, à prendre de petites responsabilités à leur mesure et à agir concrètement pour la défense de l’environnement, la solidarité, la paix…

Plusieurs week-ends par an et surtout lors du camp en juillet, les jeannettes vivent ensemble et apprennent de façon ludique à respecter leurs devoirs : devoirs envers Dieu, devoirs envers les autres et devoirs envers elle-même.

Contact : Denis Colle, denis.colle01@gmail.com, 0602278767

 

Sortie jeannettes : 14 avril 2019

Les jeannettes se retrouvent en chanson en ce dimanche ensoleillé. Elles se rapellent tous les chants appris cette année. Avant d’aller à la messe, nous montons des tentes car un des objectifs du jour est d’apprendre à les monter !

Lors de la messe, nous faisons une lecture de la passion du Christ à plusieurs voix et prenons le temps de réfléchir un peu sur ce moment si important de la foi catholique.

Le déjeuner est prévu par les chefs cette fois ! Un repas végétarien où les jeannettes ont pu faire des sandwichs originaux. Houmous, tomates séchées, poivrons, tzatziki, carottes, fromage, olives, … Il y avait de quoi faire ! Après le repas, nous commençons à monter les tentes. Piquets, sardines, faitière, tendeurs, ça y est, les jeannettes savent tout (ou presque).

Puis, les jeannettes partent par équipe pour aller visiter une personne âgée du quartier, suite au projet voté avec toute la peuplade il y a quelques mois. Là, les jeannettes ont l’occasion de raconter ce qu’elles ont fait cette année avant d’essayer de remplir un petit questionnaire qui évoquent les différences entre les années 1960 et aujourd’hui. Ces questions sont l’occasion de multiples histoires et anecdotes racontées par les personnes que les jeannettes ont rencontrées. Un instant intergénérationnel riche pour tout le monde !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Sortie jeannettes : 31 mars 2019

Une journée riche en émotions pour les jeannettes ! Tout commence avec les veilleuses qui présélectionnent le chant qui deviendra notre « chanson du camp » et qui a été voté ensuite par la peuplade réunie. Après la messe, nous sortons un peu de saint Germain des Prés pour prendre notre pique-nique au jardin Catherine Labouré. Là nous rencontrons une troupe de louvettes des guides d’Europe et nous leur proposons un petit jeu en commun, un exemple d’ouverture pour gommer un peu grâce au jeu les préjugés entre nos mouvements.

Alors que nous rentrons à Saint Germain, nous trouvons Victor Glinsky, le prisonnier de la reine que nous avons délivré au dernier week-end, il nous apprend que la reine est là, qu’elle vient d’arriver et qu’elle est très en colère de sa libération. Nous la voyons apparaître à une fenêtre, elle indique que ces gardes vont arriver. Et en effet, nous voyons surgir 5 hommes, complètement vêtu de noir, le visage comme recouvert d’un masque blanc. Un affrontement commence alors où nous devons essayer d’affaiblir les gardes en détachant leurs « lignes de vie » accrochées à un arbre mais sans se faire toucher ! Nous finissons par les vaincre et Victor nous indique que désormais il faut combattre la reine par les idées et il nous indique trois moyens d’essayer de la convaincre de changer ses idées : faire une émission TV, faire une chanson, faire un spot radio. Divisées en 3 équipes, les jeannettes créent leur média et leurs arguments pour les présenter finalement à la reine. Conquise, elle finit par renvoyer son ministre pour le remplacer par Victor. Elle change radicalement ! Et pour fêter le renouveau de son règne. Elle fait organiser immédiatement une petite fête. On sait s’amuser au royaume de Mentali !

La reine doit finalement partir … Nous lui disons au revoir et tout le monde aide au rangement. Il nous reste encore tout juste le temps pour visionner notre charte qui cette année est sous la forme d’une vidéo et de donner nos avis sur les sizaines (qui vont bientôt arriver !) A bientôt !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

La charte des jeannettes

Journal TV pour convaincre la Reine de changer ses plans !

Merci à Tara, Clémence, Pénélope, Isaure, Lina, Brune

 

Chant pour convaincre la Reine

Une création de Lola, Eugénie, Evangéline, Madeleine, Mélissa et Louise

 

Emission radio pour convaincre la Reine de changer ses plans !

Merci à Appoline, Victoire, Alice, Garance, Marianne

Week-end jeannettes : 16/17 mars 2019

Le week-end commence par un vrai périple à travers les méandres des transports parisiens. En effet les trains de notre ligne étant supprimés, il a fallu trouver un itinéraire de substitution. Nous pensons que la reine, qui veut nous empêcher de délivrer Victor Glinsky, prisonnier dans ses geôles, n’est pas étrangère à cette situation… Enfin arrivées sur place, nous découvrons un prisonnier attaché au bord du chemin. Il nous indique que des gardes de la reine ont emmené Victor mais que nous pouvons essayer de suivre leur traces. En effet, il semble qu’ils laissent derrière eux une odeur assez reconnaissable. C’est donc une piste olfactive que nous décidons de suivre ! Au bout de cette piste, nous trouvons un agent des postes qui nous parle d’un colis très spécial qui vient de partir. Il nous teste pour voir si nous méritons sa confiance puis nous donne alors des informations sur la localisation du colis mais, manque de chance, celui ci est déjà parti. Heureusement deux personnes que nous rencontrons sur notre route semblent vouloir nous aider. Mais avant de poursuivre plus loin ses aventures, la vie de la peuplade reprend le relais : ramassage du bois pour le feu de veillée ce soir, préparation du repas, installation dans les salles du local, … Pour le dîner, les jeannettes ont pu goûter des pâtes avec de la sauce aux poireaux, une découverte pour certaines ! Puis dejà, c’est l’heure de la veillée. Dans la nuit, les jeannettes se cachent pour surprendre des personnes et récupérer des informations afin de pouvoir finalement délivrer Victor qui était caché et retenu dans une malle de voyage ! La veillée finit autour du feu, autour d’un chant et de chamallows, les fondamentaux sont là ! Fatiguées, les jeannettes vont vite se coucher ou presque … il y a parfois des histoires à raconter qui durent un peu.

Le lendemain, dimanche, une équipe se lève pour préparer le petit déjeuner. Après celui-ci, tout le monde range ses affaires avec l’aide des plus grandes (les « veilleuses »). Puis, Marie-Anne propose un petit jeu aux jeannettes en préparation de notre visite dans une maison de retraite qui consistent à imaginer les objets qui existaient ou non dans les années 50. Pas si simple ! Nous allons ensuite jusque l’église de Noisy pour la messe où nous retrouvons plusieurs autres unités scouts qui campaient à proximité. L’église en était pleine ! La forêt environnante nous donne le cadre idéal quoique un peu frais pour le pique-nique qui a suivi. De retour au local, Victor Glinsky nous invite à organiser notre groupe en améliorant notre habilité (apprentissage de nouveaux noeuds), notre adresse (parcours aux multiples défis), notre cohésion (établissement de règles communes en tournant de petites vidéos). Un dernier chant, un dernier carré et déjà les parents arrivent : il est l’heure de rentrer. Merci aux parents qui sont venus nous chercher !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Sortie jeannettes : dimanche 17 février 2019

Pour bien commencer cette nouvelle sortie, les jeannettes expliquent à celles qui n’étaient pas là la dernière fois ce qu’il fallait retenir de la dernière sortie et notamment le fait que nous avions décidé d’aller à Vincennes pour y récupérer la clef qui libérera Victor Glinsky des geôles de la reine. Mais pour cela, encore faut-il connaître le chemin pour s’y rendre. Nous deplions alors des cartes de métro pour trouver le meilleur itinéraire. Puis, comme une vieille habitude, la journée est égayée par un temps tout en musique où les jeannettes ont encore étendu leur répertoire. La messe qui a suivi est marquée par l’explication de l’évangile par notre aumônier le Père Thibaut qui sait captiver son jeune auditoire. Le temps printanier nous conduit ensuite à prendre notre pique-nique dehors avant de prendre la direction de Vincennes par le métro. Arrivés sur place, nous ne savons pas trop par où commencer nos recherches de la clef. Mais nous faisons rapidement la rencontre de deux hommes qui ont l’air d’avoir des informations sur cette fameuse clef et qui se proposent de nous aider. Quelle aubaine ! En cherchant bien, nous trouvons d’abord un coffre mais celui-ci est fermé par un cadenas. Les deux hommes nous proposent alors un jeu pour tenter de trouver ce code. Après plusieurs tentatives, ça y est, le coffre s’ouvre et nous avons la clef ! Pour fêter ça et mieux nous connaître, les deux hommes nous proposent un autre petit jeu qu’ils connaissent bien et où il faut notamment aller se cacher. Eux-mêmes jouent avec nous. Mais alors que le jeu se termine … Ils ont disparu ! Et avec la clef ! Nous avons été roulés ! Nous partons alors à leur recherche et nous les apercevons qui s’enfuient. Mais les jeannettes sont trop nombreuses et finissent par les rattraper, et reprendre la clef. Des cartes trouvées dans leurs poches nous indiquent qu’ils sont des agents secrets de la reine. Nous décidons de les juger. Nous acceptons de les libérer que s’ils nous donnent l’emplacement de la geôle de Victor Glinsky que nous recherchons. Ils acceptent et nous indiquent « bunker de Noisy-le-Roi ». Nous irons donc à cet endroit la prochaine fois …

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Sortie jeannettes : dimanche 27 janvier 2019

Début de sortie privilégié pour les veilleuses (les jeannettes les plus âgées,), elles se sont retrouvées en avance pour réfléchir ensemble à un projet qui pourrait être porté par l’ensemble de la peuplade. L’idée étant que nous puissions nous rendre utiles aux autres. Deux projets sont ressortis : le premier concernant la lutte contre le gaspillage alimentaire, le second pour créer du lien avec des personnes âgées en organisant une animation en maison de retraite. C’est finalement ce second projet qui est choisi lors d’un vote en conseil de peuplade.
Après la messe, les jeannettes, qui avaient toutes oublié leur pique-nique, ont eu la joie de voir que les chefs avaient pensé à tout pour se régaler avec des crêpes. Cette grande tablé convivial s’est terminé au son de divers chants que les jeannettes connaissent désormais par coeur.

À la suite de la dernière sortie où les jeannettes avaient fait le choix de poursuivre leur aventure en allant aux Invalides, nous avons donc bravé la pluie froide de janvier pour nous y rendre. Dans un premier temps, nous n’y avons rien trouvé … et ce n’est que plus tard que nous avons repéré des messages codés qui avaient été dissimulés à proximité. Ces messages nous invitaient à suivre un homme portant un grand manteau blanc, un chapeau et marchant avec un canne. Après un peu d’attente, nous avons aperçu notre homme qui sortait du métro. Une filature commençait alors. Nous l’avons suivi rue après rue et finalement, alors qu’il abandonnait un sac, nous y avons récupéré de précieuses informations. Différents messages nous indiquaient que pour délivrer la personne que nous cherchons il fallait se rendre prochainement à Vincennes ! Aventure à suivre. La journée s’est terminée par une galette partagée avec tout le groupe. Les jeannettes ont proposé une petite animation en apprenant un chant en canon à tous. Une fin toute en musique !

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Sortie jeannettes : dimanche 13 janvier 2019

1ère sortie de 2019 pour la peuplade des jeannettes. Après cette longue période sans se voir, il faut bien se raconter un peu nos vacances ! Mais raconter aurait été trop simple et les jeannettes préfèrent les mimes pour dire ce qu’elles ont fait ou reçu pendant le temps de Noël. Puis, avant d’aller à la messe, elles ont tout juste le temps d’apprendre un petit chant en canon sur des paroles d’Alfred de Musset et de sa ballade à la lune. Au cours de la messe, les jeannettes rencontrent notre aumônier, le père Thibaut, qui leur parle de l’évangile du jour : le baptême de Jésus. Le repas qui suit la messe est plus proche du festin que du pique nique. Les contributions des uns et des autres sont impressionnantes et chacun peut décrire ce qu’il a apporté. Après ce repas, et alors que nous sommes en train de jouer tranquillement dans le jardin, un général de l’armée de la Reine arrive essoufflé, nous indiquant que la Reine a besoin de nous car des rebelles semblent préparer une attaque du royaume. Mais pour aller sur les lieux, il faut prendre la navette spatiale du général. C’est alors que les jeannettes embarquent : tunnel d’embarquement, masque à oxygène, consignes de sécurité, … Après un long processus, le décompte est lancé, le réacteur rugit, le vaisseau tremble, il faut la coordination de toutes les jeannettes pour le redresser. Alors que tout semble désormais normal, l’alarme de la navette retentit, il y a une fuite dans la carlingue. Et pour la réparer il faut fermer les yeux et tenter de trouver la fuite avec l’aide des informations données par les autres jeannettes. Ces nombreux incidents n’empêchent pas la peuplade d’arriver à bon port. De là, une grande bataille spatiale se déclenche sur le mode d’une bataille navale grandeur nature. Mission accomplie : la Reine sera satisfaite ! Sur le chemin de la navette retour, de curieux messages laissés dans l’espace nous parviennent. Il s’agit d’un prisonnier de la reine qui a des choses à nous dire et qui nous donne RDV « quai des hommes blessés ». Le général nous incite à ne pas en parler à la Reine, qui n’aime pas trop ce genre d’histoire. Les jeannettes gardent donc le secret mais votent pour en savoir plus : à la prochaine sortie nous irons aux Invalides car elles pensent que c’est ce que dit ce message … Affaire à suivre. Un petit intermède scientifique nous fait rencontrer 2 astrophysiciens qui nous parlent des étoiles dans un format vraiment pas sorcier avant de nous reposer sur la terre où la reine nous attend avec des galettes pour nous remercier ! Beaucoup d’aventures en une journée ! Bravo et à bientôt !

img-20190114-wa0001

A bord de la navette spatiale en compagnie du Lieutenant colonel

Sortie jeannettes : dimanche 16 décembre 2018

La journée commence tout doucement par un jeu quand Jacqueline, avec ses cheveux crépus (mais dégarnis) et son bonnet rouge, se joint à nous. Elle se dit « Cheffe cuisto » de la Reine et nous propose de faire des gâteaux car la Reine nous a envoyé de la matière première ! La Reine souhaite nous faire plaisir mais Jacqueline nous rappelle que savourer, c’est bien mais que partager, c’est encore mieux et qu’il y a plein de gens qui vivent dehors avec ce froid hivernal. On décide donc de faire ces sablés et d’en donner la moitié à l’association « Hiver Solidaire » qui accueille des SDF à St Germain et commençait d’ailleurs son action 2019 dimanche dernier. – L’autre moitié sera pour le goûter.

Le protocole commence alors, chacune prend un attribut de cuisto (chapeaux, foulards, chaussons…), remonte ses manches, et, bien évidemment, file se laver les mains. Tour à tour, les Jeannettes vont voir Jacqueline pour récupérer leurs ingrédients puis elles mélangent et pétrissent jusqu’à obtenir une superbe boule de pâte. D’après Jacqueline, aucune n’a le même goût mais elles sont toutes excellentes. La matinée ayant passé bien vite à l’intérieur, Jacqueline nous propose d’aller prendre l’air pendant que les pâtes reposent. Vient alors l’heure de pique-niquer (au chaud !), l’occasion pour les Cheftaines de parler de la Lumière de la Paix de Bethléem allumée chaque année à Bethléem puis apporté en Europe en Autriche avant d’être diffusée partout en Europe.

On fait alors deux groupes : des Jeannettes vont jouer dehors (relais et recettes de cuisine sont au rendez-vous) pendant que l’autre partie de la peuplade étale leurs pâtes, les découpe et les enfourne. Puis, on inverse.

Sonnent alors les 15h, l’heure de partir pour la messe à l’Église St Jean-Baptiste de la Salle où les Jeannettes reçoivent la lumière de la Paix.

Sortie jeannettes : dimanche 25 novembre 2018

Pour cette troisième journée avec les jeannettes, direction le château de Maintenon. L’objectif est d’y rencontrer enfin la reine !
À leur arrivée, les jeannettes, enthousiasmées par cette rencontre ne se montrent pas très discrètes et désenchantent leur hôte. Elles doivent alors passer une épreuve de discrétion dans les jardins et doivent se faufiler d’arbre en arbre sans que Denis, fraîchement devenu garde de la reine ne puisse les voir.
À l’heure du déjeuner, la reine fait son apparition et invite les jeannettes dans son salon au 2ème étage du château, un cadre bien prestigieux pour prendre le déjeuner alors même que ce salon n’est d’habitude jamais ouvert. Les jeannettes font ensuite la connaissance de la garde royale à cheval. Le capitaine leur montre les écuries et les particularités des différents chevaux présents. Puis, le moment du spectacle approche et les jeannettes, maintenant vêtues d’une cape, se trouvent transportées dans l’histoire de Françoise d’Aubigné, qui devint Madame de Maintenon, épouse secrète de Louis XIV. À la fin du spectacle, les tableaux de la grande galerie prennent vie et la reine réapparaît. Alors que le spectace se termine, la reine convie les jeannettes pour un goûter préparé par les cuisines du château. Mais c’est dejà le moment de lui dire au revoir; les jeannettes la connaissent désormais mieux et peuvent donc se préparer à lui construire un château à son image. Nous nous arrêtons enfin pour une visite exclusive des coulisses où nous découvrons les costumes et les perruques utilisées dans le spectacle.

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Sortie jeannettes : dimanche 4 novembre 2018

Alors que les vacances touchent à leur fin, les jeannettes se sont réunies à nouveau dans leur local à l’ombre du clocher de Saint Germain des Prés. L’accueil en chanson est déjà devenu une petite tradition. Et cette fois, les jeannettes ont même dû composer un couplet sur un air connu ! Mais la messagère de la reine vient arrêter nos élans lyriques, un message de la reine vient de nous arriver. Il s’agit d’un message vidéo où la reine félicite les jeannettes pour leurs constructions de la dernière fois. Pour les remercier, elle leur offre une jolie photo d’elle qu’il faut accrocher obligatoirement dans un cadre, ce que les jeannettes n’ont pas forcément … Il faut donc partir à la recherche des éléments qui permettront de construire ce cadre. Mais ces éléments sont protégés par des gardes et il faudra beaucoup de persévérance aux jeannettes pour réussir à déjouer leur attention. Une fois le matériel récupéré, la construction commence. Brêlage, tissage, les jeannettes apprennent de vraies techniques pour faire les noeuds, et le résultat est là !

Avant de se quitter, petit temps calme autour de la prière des louveteaux/jeannettes qui nous invite à devenir amis de tous en suivant les pas de Jésus. A la prochaine fois !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Sortie jeannettes : dimanche 7 octobre 2018

Première journée avec toutes les jeannettes réunies. Et déjà les aventures commencent. Alors que la journée commençait tranquillement au son de la guitare et des chants, les jeannettes ont ensuite assisté à la messe à l’issue de laquelle elles ont pu vendre aux paroissiens les calendriers pour 2019. Ces ventes de calendriers nous permettent de financer certaines de nos activités et une partie du camp.

Après un pique-nique pris ensemble dans notre local du 5 rue de l’abbaye, les jeannettes sont sorties prendre l’air afin de jouer au jeu préférer des chevaliers. En revenant au local, les activités ont été interrompues par un appel étrange … Au téléphone, une personne inconnue cherchait des architectes … Selon ses dires, elle était une reine d’un royaume lointain et son ambition était de construire le plus grand et le plus beau royaume qui soit. Pour voir si les jeannettes étaient aptes à devenir ses architectes, la reine envoya un messager pour les tester. Armé de kapla, les jeannettes ont construit une haute tour puis un château tout équipé ! Enfin, le messager a testé leur dextérité lors d’un relais dehors. La reine va-t-elle trouver les jeannettes au niveau ? Affaire à suivre …

Par la suite, les jeannettes ont appris à mieux se connaître en se trouvant 2 par 2 le plus de points communs possible dans le format de speed dating. Enfin, elles ont construit une « roue de l’humeur » qui, accroché au local, leur permet d’exprimer leur sentiment sur la journée écoulée. Les insignes en poche et les calendriers dans les bras, il faut déjà y aller ! A très vite !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Weekend 11-12 mars 2018

Enfin un weekend pour l’unité jeannettes ! Nous partons pour Boran-sur-Oise, dans le jardin d’une communauté religieuse fondée par Jacques Sevin, importateur du scoutisme en France.

Notre weekend commence par un quart d’heure nature où les jeannettes apprennent à reconnaitre au toucher les arbres qui les entourent, avec les yeux bandés.
Mais déjà un premier personnage d’imaginaire arrive, et leur rappelle leur mission: empêcher que le congrès des méchants qui se déroule chez Bane avec Lian Tsu ce soir n’ait lieu. Mais pour cela, il faut s’entrainer ! Quatre personnages viennent donc leur apprendre à se former en vue des dangers à venir…
Après un bon goûter par équipes, nous avons eu un temps spirituel sur le joie dans le service. C’est une des idées principales du scoutisme, que Jacques Sevin a tenu à placer dans chaque phrase de la prière scoute.
Les jeannettes se remettent ensuite en équipes pour un temps de service avant le dîner, qui fut à la fois chaud et bon !
Mais c’est après le diner que les choses sérieuses commencent. Nous devons absolument arrêter ce congrès ! Nous approchons peu à peu du lieu où les méchants se trouvent, mais les quatre sentinelles ne se laissent pas avoir aisément: la première balaye le chemin de sa lampe torche et terrorise ceux qui veulent s’approcher, la deuxième dispose d’une ouïe exceptionnelle, et il faut rester dans un silence absolu pour espérer passer sous sa barrière, la troisième pose une énigme à laquelle nombre de jeannettes n’ont pas su répondre tout de suite, tandis que la quatrième, corruptible, ne nous laissera passer que si nous lui apportons des pièces de monnaie que nous devons trouver éparpillées sur le chemin, dans le noir. Nous passons vaillamment toutes ces épreuves, mais il nous reste à passer la porte du domaine de Bane, tendue de cordes que l’on ne peut toucher ! Toutes les jeannettes passent, et nous nous approchons sans bruit du lieu du congrès, que nous interrompons de grands cris: les méchants s’échappent, et nous décidons par sécurité de ne pas les poursuivre. Nous concluons la veillée par une ronde de nuit, après laquelle les jeannettes se couchent et s’endorment étonnement rapidement !
Nous nous réveillons en forme pour attaquer ce beau dimanche. Après le petit déjeuner, nous partons pour le cimetière où Jacques Sevin est enterré, et chantons une prière scoute autour de sa tombe. Puis nous allons à la messe avec les soeurs, lors de laquelle les jeannettes ont pu beaucoup participer.
Un nouveau temps de service pour préparer le déjeuner, que nous avons encore mangé chaud et à temps ! Mais tandis que nous prenons le dessert, Bane passe parmi nous, et les jeannettes décident cette fois-ci de le poursuivre. Mais alors qu’elles l’ont attrapé, trois de ses amis arrivent et le délivrent. S’engage une bataille entre les jeannettes et les quatre personnages: dès qu’une jeannette est touchée, elle ne peut plus bouger, jusqu’à ce qu’une autre lui passe sous les jambes. Le combat est un moment quasiment perdu pour la peuplade, mais les sbires de Bane fatiguent, et elles reprennent l’avantage, jusqu’à ce qu’ils fuient, submergés par le nombre. Elles capturent tout de même Bane, qui leur donne des informations troublantes, qu’il s’agira de vérifier à la prochaine sortie…
Mais certains parents sont déjà là, nous rangeons avec une efficacité jamais vue avant de se dire au revoir !

 

Journée du dimanche 11 février 2018

Après la messe à Saint Germain, direction de Bois de Boulogne où nous passons la journée.
Nous y déjeunons dans la neige, avant de nous rendre compte que Lao Tsu (le gentil de notre imaginaire), est aussi sur les lieux, cherchant à retrouver le chemin vers la maison de son amie Bô Bun, à laquelle il doit rendre visite. Celle-ci, adepte d’énigmes comme elle le lui dit dans sa dernière lettre, a imaginé de nous laisser des indices jusque chez elle. Seule information: sa maison se trouve sur une île. Par équipes, les jeannettes ont donc retrouvé une carte déchirée en quatre morceaux, qu’elles ont reconstituée.
Mais une fois arrivés sur le lieu indiqué sur la carte, coup de théâtre: Bô Bun a été enlevée par Lian Tsu, qui nous a laissé une lettre pleine de vantardise, dans laquelle il affirme encore sa volonté d’étendre le mal au monde, tandis que nous tournons en rond sur cette île.
Nous retournons donc en urgence sur la berge, aidés par le batelier qui nous dit qu’une dizaine de minutes plus tôt, un homme avec une longue barbe est passé sur son bateau, soutenant une femme qui avait l’air endormi.
Nous prenons la direction qu’il nous a indiquée, en appelant Bô Bun à grands cris, jusqu’à ce qu’elle nous réponde faiblement. Effrayé et désarmé, Lian Tsu l’a abandonnée après un combat terrible, lors duquel elle a réussi à lui arracher un morceau de son manteau. Dans ce manteau, nous trouvons une note de Lian Tsu qui indiquait son adresse. Mais les jeannettes ont vite compris qu’une ruse se cachait là-dedans, et qu’il ne fallait surtout pas se lancer dans une course-poursuite qui pourrait devenir bien dangereuse…
Après avoir laissé Bô Bun et Lao Tsu à leurs retrouvailles, nous avons poursuivi le fil blanc de l’année (la joie) en faisant un temps spirituel autour de la prière sur la joie de Mère Teresa, puis chanté !
Avant de partir, Lina et Alice ont organisé une balle au prisonnier pour la peuplade, passant ainsi leur atout dynamique !

Journée du dimanche 28 janvier 2018

Dimanche 28 janvier a été une journée riche en émotions !

Les veilleuses sont venues plus tôt pour cuisiner de belles galettes pour le goûter de la peuplade (musique de Peau d’Âne de Jacques Demy oblige…), puis nous sommes allés tous ensemble à la messe.
Après le pic nique, Lao Tsu (le gentil de notre imaginaire) lui-même est venu nous chercher pour nous emmener dans le bureau du détective, afin de faire le point sur toutes les informations que nous avons collectées à propos de l’imaginaire au cours de l’année. S’en est ressortie une question essentielle: que devons-nous faire pour que le nouveau bâton de Lao Tsu puisse rivaliser avec celui que lui a volé Lian Tsu (le méchant), qu’il utilise à de mauvaises fins ?
C’est alors que les jeannettes se rendent compte de la présence d’un sbire de Lian Tsu, dans la salle d’interrogatoire du bureau du détective ! Devant le mutisme absolu du captif, le détective a passé un pacte avec lui: les jeannettes lui poseront des énigmes. S’il connait la réponse, elles passeront leur chemin; s’il ne sait répondre, il leur donnera un indice. Les jeannettes ont fait preuve de tant d’intelligence qu’il a du leur donné des plans d’un sous-sol, où se trouvent des indices… Mais ce qu’il n’a pas dit, c’est que dans ce sous-sol se trouvait un autre sbire complice que les jeannettes ont du éviter à grand peine. Une fois l’indice en main, elles sont remontées pour décoder des messages illisibles. Avec l’aide de Lao Tsu, nous avons décrypté les paroles énigmatiques : pour rivaliser de force avec le bâton volé, il faudra courage, ruse, unité, agilité et altruisme.
Lao Tsu donne alors leur première mission aux jeannettes, pour laquelle elles devront s’armer de courage: Lian Tsu lève une armée de clones en formation (merveilleusement jouée par la troupe des pios de Saint Germain). Ils ne sont pas encore complètement fonctionnels; il faut donc désactiver le processus, mais le bouton se trouve hélas au fond de la salle, derrière tous les clones déjà assez habiles pour arrêter les jeannettes… Nous avons essayé d’y aller par petits groupes, sans jamais pourtant réussir à atteindre le bouton, jusqu’à ce que nous y allions tous ensemble. Tout s’est allumé, et les clones sont tombés à terre, neutralisés à jamais.
Les jeannettes ont alors trouvé un coffre dans lequel se trouvait un ruban rouge, couleur du courage, à nouer autour du bâton.
Que nous réservent les prochaines épreuves…? Suite à la prochaine réunion.
Nous avons fait un temps spi pour introduire notre nouveau fil blanc: la joie, avec un texte qui raconte comment David dansait sans se soucier des bienséances, devant l’Arche de Dieu qui arrive enfin à Jérusalem (Samuel 6, 12-23), avant de chanter « Venez chantons notre Dieu » jusqu’à ce que TOUTES les jeannettes sourient et chantent !
Puis nous avons joué au foot et parlé de la progression personnelle, avant que 17 heures ne sonnent !

Journée du dimanche 3 décembre 2017

Ce dimanche, nous nous sommes emmitouflés de nos pulls les plus chauds et de nos plus gros manteaux, direction le château de Maintenon, avec l’aide de Sibylle, qui est venue pour la journée.

Mais celle-ci s’est faite enlever à notre insu par le très ingénieux Lian Tsu (le méchant de notre imaginaire), qui nous a envoyé une espèce de clone identique à Sibylle, à un seul détail près: un grain de beauté sur la joue. Ce clone nous a fait jouer à un jeu les uns contre les autres, n’arrêtait pas de se plaindre, de faire du mauvais esprit, de semer la zizanie au sein de la peuplade, à tel point que les jeannettes ont fini par comprendre que ce n’était pas Sibylle qui était devant elles, mais bien un mauvais tour de Lian Tsu. Nous avons finalement retrouvé la vraie Sibylle et enfermé la fausse !
Mais nous sommes toujours à la recherche d’indices… Or voilà que le château de Maintenon ouvre ses portes pour un spectacle magique, et les jeannettes, enveloppées dans leurs capes, pénètrent l’histoire mouvementée de Françoise d’Aubigné, marquise de Maintenon, épouse secrète de Louis XIV ! A travers les couloirs, nous rencontrons Françoise, Louis XIV, la cour et ses intrigues, l’Affaire des Poisons, une galerie de portraits vivants, visite couronnée par une chorale de Noël, dans ce château qui domine l’Eure dont on aperçoit l’aqueduc à travers les fenêtres et le brouillard. Heureusement, les jeannettes ont tendu l’oreille pendant tout le spectacle, car La Voisin, entre deux recettes de poisons, a prédit un « grand danger qui plane sur la tête de petits êtres oranges, danger qui ne saurait être anéanti que par un sabre de feu » ! Affaire à suivre, donc…
Nous avons aussi fait un temps spirituel sur le thème de la bienveillance, avant un retour un tantinet plus compliqué que prévu, durant lequel nous avons pu tester nos capacités d’adaptation !

Weekend du 11-12 novembre 2017

Un premier weekend pour la peuplade !

Les jeannettes sont parties pour Pierrefonds en car, dans lequel nous avons annoncé les équipes tant attendues, et chanté tous les chants que nous connaissons. Arrivés sous une pluie diluvienne qui a quelque peu changé nos plans, les jeannettes sont allées équipe par équipe, dans le plus grand des silences, chercher des informations à propos du dragon (cf vidéo), sans se faire remarquer d’un être étrange, à la tenue non identifiable, mais néanmoins très dangereux. Un mot indiquait que le dragon était en fait quelqu’un qui avait été transformé par Lian Tsu (très méchant), afin de répandre le mal, et qu’une tierce personne était présente lors de la transformation.  Elles ont alors rencontré un détective qui leur a dit de se restaurer tandis qu’il recherchait qui dans le village pourrait être suspect.
Après un diner tardif dû à un feu qui ne voulait pas prendre la pluie (ou à la pluie qui ne voulait décidément pas voir de feu, peu importe), le détective a amené trois suspects: un adolescent rebelle, la propriétaire du château, Solange, et son jardinier noctambule, Alfred. Les jeannettes leur ont posé nombre de questions afin de savoir qui était le coupable, et, après mûre réflexion, ont compris que c’était Solange qui s’était laissée convaincre par Lian Tsu de l’aider, sous prétexte qu’il rendrait la vie à feu Jean-Yves, son mari (ce qui, évidemment, n’est pas arrivé). Réellement désolée, Solange nous a donné toutes les informations qu’elle avait: le dragon est en fait Katsu, une jeune fille vulnérable ensorcelée par Lian Tsu.
Cependant, le mystère reste épais, et nous manquons d’informations. Les jeannettes devront donc savoir où leur quête d’indices les mèneront la prochaine fois. Or la seule personne qui en sait plus est Omi, un muet aux qualités de dessin non négligeables… Il a donc dessiné la prochaine destination, et les jeannettes devaient aller une par une regarder le dessin, puis le reproduire afin de reconnaitre ce vers quoi Omi nous envoyait. C’était le château de Maintenon, où nous nous rendrons le 3 décembre !
Nous avons fait un temps spirituel autour de la prière scoute, et nous avons eu la chance d’avoir une messe très vivante et chantante ! Nous avons également fait un quart-d’heure nature, animé par Georges, lors duquel les jeannettes ont ramassé les plus belles feuilles du parc (dont des feuilles de bananier !).
Nous n’avons hélas qu’une seule photo du weekend, mais les témoignages de vos filles valent toutes les photos du monde !

Dimanche 15 octobre 2017

Ce dimanche, l’imaginaire a commencé ! Départ pour le Japon avec Lao Tsu, un sage japonais, qui a fait appel aux jeannettes pour l’aider. En effet, il nous a raconté la terrible histoire qui lui est arrivé: il y a quelques mois, son ancien élève Lian Tsu est venu avec son dragon Zanku pour lui voler son bâton, source de tous ses pouvoirs, afin de faire le mal autour de lui. Devant la violence de l’attaque, que les jeannettes ont vécu grâce aux ombres chinoises, il n’a rien pu faire. Nous avons donc trouvé un autre bâton pour Lao Tsu, avec l’aide de quatre de ses amis, caché depuis des siècles au jardin du Luxembourg. Lao Tsu va donc pouvoir s’entrainer à combattre le perfide Lian Tsu, et emmène avec lui notre peuplade de jeannettes sur-motivées  !

Revenus à Saint-Germain des Prés, nous avons fait un temps spirituel autour du texte des pèlerins d’Emmaüs, et nous avons (bien sûr, et encore) chanté les chants qui accompagneront toutes leurs longues années de scoutisme !


















Dernière sortie jeannettes : dimanche 11 juin 2017

Une journée placée sous le signe du soleil au 5 rue de l’abbaye ! Pour cette dernière sortie avant le camp, les jeannettes ont pu poser des questions sur le déroulement d’un camp. Elles ont également appris certains nœuds qui leur seront bien utiles pour les installations que nous ferons dans les premiers jours du camp. Pendant ce temps, les veilleuses, les jeannettes en dernière année, ont préparé différentes choses en lien avec leur rôle (veilleuses de paix, de nature, de bien-être). Nous avons également fait le point sur l’action que nous menions en faveur de l’association SOS Villages d’enfants en remettant un chèque symbolique de 214,70€ ! Ces temps un peu sérieux ne nous ont pas empêchés de jouer : nous avons aidé deux cowboys perdus dans nos contrées ! Enfin, nous avons prié pour la bonne marche du camp et nous avons fini par un temps en chanson ; chants qui animeront nos veillées cet été !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Week-end de groupe : 6-8 mai 2017

Ce week-end de groupe (WEG) avait pourtant mal commencé… Le bus qui devait emmener tout le  groupe au château de Jambville, centre national des Scouts et Guides de France, n’est jamais arrivé du fait d’une erreur du transporteur. C’est donc en métro puis en train que les 90 membres du groupes se sont déplacés pour arriver sur le lieu vers 17h.  Tout avait été préparé pour les accueillir par les chefs présents sur place depuis la veille !

Après s’être installé dans les tentes, nouveauté pour certaines jeannettes, tout le groupe s’est retrouvé pour assister à une messe anticipée en pleine air célébrée par notre aumônier qui avait fait le déplacement. Puis vint l’heure du premier repas où tout le monde a pu apprécié la cuisine exceptionnelle de nos cuisiniers venus tout spécialement pour assurer la diversité et la qualité des menus durant ce WEG. La veillée le soir a permis de lancer l‘imaginaire autour des JO de la Grèce antique à  travers un conte illustré par des ombres chinoises. Les jeannettes ont ensuite rejoint leur tente sous une pluie qu’on ne pouvait ignorer tant elle se faisait entendre en tombant sur la toile de tente. C’est peut-être ce qui explique le temps un peu long qu’il a fallu aux filles pour se décider à faire silence et à s’endormir. C’est peut-être aussi ce qui explique que les premières discussions le lendemain matin ont commencé dés l’apparition des premiers rayons du soleil. Une nuit un peu courte donc…

La journée du dimanche a été ponctuée d’activités manuelles avec la construction de toute une série de bancs qui ont permis au groupe de manger de manière bien plus confortable sans être assis par terre. Puis d’un grand jeu avec des équipes mélangées entre les tranches d’âge où les cités ont construit les infrastructures des JO. A la fin de cette journée bien remplie, le coucher a été étrangement plus simple…

Déjà le dernier jour du WEG, il faut ranger les sacs. Mais il reste encore des JO à réaliser pour tester nos  installations ! Les équipes/cités s’affrontent dans différentes épreuves, dont la plus prestigieuse : la course de char, remportée par Sparte ! Avant le dernier repas, le groupe a assisté à la remise des buchettes attribuées au secrétaire du groupe,  décoration symbolisant un engagement fort et fidèle au sein du mouvement.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Clôture de l’imaginaire : dimanche 23 avril

Week-end du 18-19 mars

Après un long périple à travers toute la diversité des transports parisiens, les jeannettes ont découvert leur lieu de week-end : un grand local scout tout équipé avec dehors un grand espace pour les activités. Juste après avoir posé leur sac, elles sont sorties pour faire une grande thèque, jeu scout par excellence, qui a permis à tous de bien se mettre en jambe pour la suite du week-end. Après le goûter était organisé un temps autour des promesses. Les jeannettes ayant déjà fait leur promesse ont commencé par faire un mime en rejouant leur propre promesse. Puis les nouvelles ont eu un temps pour discuter du sens de la promesse et de la loi qui y est associée. La promesse est un marqueur fort dans la vie d’une jeannette ; nous les organiserons pendant le camp. Mais déjà il fallait commencer à préparer le dîner ce dont une sizaine se chargea. A la fin du repas, chaque jeannette partit faire sa vaisselle sous le contrôle tatillon d’un chef. Enfin, l’heure de la veillée arriva et les jeannettes ont été entraînées dans un palais oriental où elles ont rencontré un sultan et sa femme ainsi que leur grand chambellan. Le sultan et sa femme étaient particulièrement tristes car ils n’arrivaient pas à se remettre de la disparition de leur fils. Les jeannettes avaient alors comme mission de leur redonner la joie de vivre en stimulant leurs sens : le goût, la vue, l’ouïe. Elles ont aussi repéré que le grand chambellan, sous ses airs de serviteurs dévoués, apportait régulièrement une tisane qui semblait avoir un mauvais effet sur le sultan et sa femme. Elles prévinrent donc le sultan de cela pour qu’ils arrêtent d’en boire. Mais chut, plus de bruit, place à la nuit…

Après une nuit un assez animée par les discussions tardives et après un bon petit-déjeuner, les jeannettes sont retournées dehors pour plusieurs jeux au côté du sylphe Laline, personnage symbolisant le dynamisme. Puis, nous sommes allés à la messe très animée de  Noisy-le-Roi. L’après-midi, le sultan et sa femme nous ont guidés à travers un parcours semé d’embuches qui nous a permis de récupérer un nouvel élément dans notre quête de la pierre de paix : une bougie symbole d’espérance. Mais déjà à la porte les premiers parents se font voir, il est l’heure de rentrer. A bientôt !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Sortie du dimanche 26 février

Toutes les couleurs de chemise étaient de sortie ce dimanche et le jardin du palais abbatial était bien animé. Les jeannettes ont largement contribué à cette animation en inventant des slogans autour des trois axes de notre projet pédagogique d’année : le service, la bienveillance et la transmission.

Plus tard, dans leur quête de la pierre de paix, les jeannettes ont retrouvé des anciennes connaissances : les héliostes, personnages que certaines jeannettes avaient rencontrés lors du dernier camp. Les héliostes ont accepté de nous aider pour nous rendre sur le lieu de notre nouvelle quête à la recherche d’un animal fantastique : une licorne. Nous avons tout naturellement utilisé leur moyen de transport : un tapis volant! Problème, celui-ci s’effilochait et il a fallu faire preuve de cohésion pour arriver ensemble à destination. Mais le périple ne s’arrêtait pas là, les héliostes nous ont donné des indications permettant de nous guider dans la suite du voyage. Photos après photos, les jeannettes ont parcouru les contrées orientales pour arriver au pied des montagnes où vit la licorne (appelé aussi jardin du Luxembourg). Un habitant des montagnes accepta de les accompagner sur l’ascension finale jusqu’au repère de la licorne. Mais il fallait s’équiper pour affronter la haute montagne. Une partie des jeannettes étaient encordées et équipées de masques et de bouteilles d’oxygène pendant que les autres se chargeaient de l’approvisionnement en oxygène. Après toutes ces aventures, enfin, la licorne est en vue ! Nous lui offrons des bracelets que nous avions préalablement confectionnés. Après nous avoir expliqué l’importance de savoir « prendre de la hauteur », la licorne nous a remis une corne de son ancêtre qui nous servira dans la suite de notre quête. Il est désormais l’heure de rentrer chez nous et de clôturer cette journée par un petit temps spi dans lequel les chefs ont joué la parabole du fils prodigue afin d’illustrer l’importance du pardon.

Merci aux veilleuses (Alix, Prudence, Prunille) pour les photos!

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Sortie du dimanche 29 janvier

Ce dimanche, le départ vers les contrées magiques de Al-Aksir s’est fait via une danse bien étrange… Arrivée là-bas, et comme tombée du ciel, une lampe magique est apparue. Elle renfermait un message invitant à se rendre en un lieu souterrain. Les jeannettes sont alors tombées nez à nez avec deux génies au visage masqué par de longues toges. Il a été demandé  aux jeannettes de faire un choix sur le génie qu’elles voulaient suivre. Mais ce choix s’est avéré inutile car les deux génies étaient mauvais. Ils ont enfermé la peuplade dans une salle sans aucun échappatoire possible…  Il a alors fallu toute la ruse de la peuplade pour trouver un moyen de s’échapper. En fouillant autour d’elles, les jeannettes ont trouvé des instructions concernant la porte sécurisée, des plans du réseau électriques de la salle et une multitude de petits câbles. Dans la plus grande discrétion et sans être remarquées par les mauvais génies qui surveillaient par intermittence, les jeannettes ont suivi le plan pour créer un court-circuit dans le réseau permettant l’ouverture de la porte de la salle. Une fois sortie elles assistent à une dispute entre les deux génies qui sont en plein désaccord sur ce qui est important pour eux, sur la notion de bien et de mal. Les jeannettes en attrapant une clef ont fait le choix de laisser libre le génie favorable au bien qui, en échange, leur laisse une étoile. Cet objet leur sera utile pour récupérer, plus tard, la pierre de paix, l’objectif final de toute notre quête.

En revenant à la réalité, les jeannettes ont ouvert leurs carnets de chants pour animer joyeusement cette fin d’après-midi.  C’est le temps spi qui a clôturé cette journée, temps pendant lequel les chef ont mis en vie la parabole des talents (Matthieu 25,14-30). Prochaines aventures après les vacances!

Sortie du dimanche 15 janvier

Après une longue période sans se retrouver, la peuplade a vécu sa première sortie de l’année 2017 ! Celle-ci a commencé par un petit jeu où les jeannettes ont essayé de faire deviner les cadeaux qu’elles avaient reçu à Noël en les dessinant. Par la suite, les veilleuses de paix (en 3eme année) ont présenté des associations que nous pourrions aider cette année dans le cadre d’une action de solidarité. Après un vote, nous avons choisi de soutenir l’association SOS Village d’enfants. Cette association tente de redonner à des enfants dont la situation familiale est difficile un cadre bienveillant et une affection durable permettant une bonne construction de l’enfant. Nous aurons donc par la suite à mener différentes actions pour récolter des fonds.

Puis, ce sont deux personnages pour le moins étranges qui sont apparus. Ils disaient nous suivre depuis le début de nos aventures et nous ont prévenus que, pour poursuivre, il fallait d’abord développer certaines compétences. C’est ainsi qu’à travers 4 stands, les jeannettes ont appris des nœuds (nœud de cabestan, nœud plat et initiation au brelage) et à utiliser le code morse. Mais pour ne pas oublier de jouer, elles ont aussi appris une série de petits jeux et enfin, certaines ont pu écrire leur contrat d’atout. Le passage d’un atout marque une volonté pour chaque jeannette de faire un effort pour s’améliorer dans la vie de tous les jours. Il est le témoin de la progression personnelle des jeannettes.

A la suite d’un goûter royale qui a vu le sacre de 100% de reines (dont 66% dans la famille Bertrand), les jeannettes ont, dans un tout autre registre, appris comment se formaient les flocons de neige. Elles en ont fabriqué elles-mêmes, le mûr du local en atteste ! Mais déjà l’heure des parents sonne, il faut partir ! A dans deux semaines pour de nouvelles aventures !

Sortie du dimanche 20 novembre

Après la messe, les jeannettes ont pu prendre des forces auprès d’un buffet bien garni, préparé dans la cour du palais abbatial et des forces, il en fallait pour affronter les nombreuses épreuves qui les attendent ! En effet, dans la quête de la pierre de paix, et en suivant les indications données par la carte magique récupérée au dernier week-end, il fallait en ce jour aller rencontrer … un dragon ! Après un voyage en bateau auprès d’un capitaine un peu particulier, et après avoir échappé au chant envoûtant des sirènes, la peuplade est accueillie par un gardien du lieu. Ce dernier nous explique que pour notre quête, il faudra récupérer un œuf bien spécial détenu par la reine des dragons. Pour y parvenir, les jeannettes essayent plusieurs techniques. D’abord, avec le conseil du gardien, elles décident d’aller chanter des comptines au dragon pour tenter de l’endormir. Mais ça ne marche pas… Ensuite, elles tentent d’offrir à la reine des dragons de faux œufs qu’elles ont décorés elles-mêmes, mais là encore, c’est un échec. La reine des dragons semblent très énervés d’être mises à l’épreuve et appel d’autres dragons. C’est un combat qui commence alors avec les jeannettes. Sorties indemnes, les jeannettes comprennent qu’il faut changer de stratégie et tentent un discours de vérité auprès de la reine des dragons qui, touchée par la sincérité des dessins des jeannettes, accepte de donner l’œuf magique. Il est alors temps de reprendre la mer pour rentrer. Un temps de chants et un temps spi autour de la parabole du bon samaritain ont conclu la journée.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Week-end du 5-6 novembre

Après un périple à travers les transports franciliens, les jeannettes ont marché pour arriver sur les hauteurs de Meudon d’où la vue sur Paris était superbe. Elles ont rencontré très vite un enquêteur avec qui elles se sont mises à la recherche d’une carte qui leur permettra, à terme, de trouver la pierre de Paix. Après avoir appris à décoder des messages, traverser un passage piégé et suivi un parcours à la boussole, elles arrivent devant un coffre qui est … vide ! Quelqu’un les a devancé! Il faut absolument retrouver le voleur! Finalement, tous les suspects sont interrogés par les jeannettes devenues détectives le temps d’une veillée. Mais la vie scoute ne s’arrête pas là : temps de service, préparation du dîner, vaisselle, chants, … ponctuent la vie de la peuplade. Viens alors l’heure de dormir bien au chaud dans son sac de couchage. Le lendemain, nous sortons du lieu pour une messe où des scouts de tous horizons constituaient presque la moitié de l’assemblée. Par la suite, les jeannettes ayant récupéré la carte vont récupérer également une boussole auprès d’un curieux horloger et la protéger contre des voleurs noirs… Mais c’est déjà l’heure de partir ! La suite dans deux semaines !

Sortie du dimanche 9 octobre

Après avoir assisté à la messe, les jeannettes se sont rendues sur le parvis de l’église pour vendre les traditionnels calendriers et cartes postales! Une belle action qui nous permettra d’aider au financement de nos activités. La peuplade est ensuite allée prendre le déjeuner au jardin de l’abbaye. Durant l’après-midi, les jeannettes ont revu l’aventurier qu’elles avaient croisé lors de la journée de rentrée. Il leur a proposé de participer à une quête pour lequel l’objet était bien flou… Il avait apprêté un avion pour toutes les jeannettes! Un avion à Saint-Germain? Est-ce possible? Pourtant oui, les jeannettes ont embarqué dans un appareil peu rassurant où il a fallut faire face au intempéries. Arrivées en Orient, elles ont entendu une légende locale sur l’existence d’une pierre de paix puis ont participé à plusieurs épreuves pour tester leur résistance dans un milieu hostile. De retour en France, les jeannettes ont reçu leurs insignes et un carnet « joue l’escapade ». Une petite relecture autour de la croix a terminé la journée.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Journée de rentrée

Après un début de matinée réservée aux « anciennes » pendant lequel nous avons rappelé les bons souvenirs du camp, nous avons accueilli avec grand plaisir les 12 nouvelles jeannettes qui se joignent à la peuplade. L’accueil officiel a eu lieu durant la cérémonie dite des montées. Par la suite, les jeannettes ont appris à se connaître par un jeu de présentation avant de partir enfin à l’aventure. Un aventurier est en effet venu tester les capacités des jeannettes avant d’affronter une année qui promet bien des surprises. Un conte et un jeu en extérieur contre une tribu du pôle sud ont constitué l’initiation à ce monde d’escapades.

20160925_1602551Photos des sizaines pendant le camp

p1050265 p1050271 p1050274

*les photos sont affichées de manière temporaire, cependant si vous souhaitez les faire enlever pour des raisons de droit à l’image, contactez le webmaître : denis.colle01@gmail.com

Retrouvez vite le Calendrier des activités